REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 10 octobre : Journée mondiale de la santé mentale_Thème la prévention du suicide

Coronavirus: Conseils de l’OMS à l’intention de tous les pays

Publié le : 31 janvier 2020

On peut s’attendre dans n’importe quel pays à l’apparition de nouveaux cas exportés de Chine. Par conséquent, tous les pays doivent être prêts à prendre des mesures pour endiguer l’épidémie, notamment par une surveillance active, un dépistage précoce, l’isolement et la prise en charge des cas, la recherche des contacts et la prévention de la poursuite de la propagation de l’infection par le 2019-nCoV, et à communiquer l’ensemble des données à l’OMS. Des conseils techniques sont disponibles sur le site Web de l’OMS (lien).

Il est rappelé aux pays qu’ils sont légalement tenus de partager les informations avec l’OMS en vertu du RSI (2005).

Les pays doivent prêter une attention particulière à la réduction de l’infection chez l’homme, à la prévention de la transmission secondaire et de la propagation internationale, et s’attacher à contribuer à la riposte internationale moyennant des efforts multisectoriels de communication et de collaboration et une participation active à l’amélioration des connaissances sur le virus et la maladie, ainsi qu’aux progrès de la recherche.

Le Comité a reconnu que, d’une manière générale, les faits ont montré que la restriction de la circulation des personnes et des biens pendant les urgences de santé publique peut être inefficace et peut détourner des ressources d’autres interventions. En outre, les restrictions peuvent interrompre l’aide et l’appui technique nécessaires, perturber les entreprises et avoir des effets négatifs sur l’économie des pays touchés.

Toutefois, dans certaines circonstances particulières, les mesures qui limitent la circulation des personnes peuvent s’avérer temporairement utiles, par exemple lorsque les capacités et les compétences en matière de riposte sont limitées ou lorsque la transmission dans une population vulnérable est très intense.

Dans de telles situations, les pays doivent effectuer une analyse des risques et une évaluation du rapport coûts/avantages avant de mettre en œuvre ce type de restrictions afin de déterminer si les avantages l’emporteraient sur les inconvénients. Les pays doivent informer l’OMS de toute mesure prise en matière de voyage, comme l’exige le RSI. Les pays sont mis en garde contre les mesures qui favorisent la stigmatisation ou la discrimination, conformément aux principes de l’article 3 du RSI (2005).

Le Comité a demandé au Directeur général de fournir des conseils supplémentaires sur ces questions et, si nécessaire, de faire de nouvelles recommandations au cas par cas, compte tenu de l’évolution rapide de la situation.

 Source: Site officiel de l’OMS

NOS PARTENAIRES