REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 1er Décembre 2017: Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA
  • 14 Novembre 2017: Journée mondiale du diabète
  • 12 Novembre 2017: Journée Mondiale de la pneumonie

Sanofi-Regeneron : l’Europe autorise un nouveau traitement contre l’eczéma.

Publié le : 4 octobre 2017

Voilà un médicament issu de la R&D de Sanofi qui doit  marquer le début d’une nouvelle ère pour le géant pharmaceutique. Et même si le dupilumab, le traitement contre la dermatite atopique (forme d’eczéma) commercialisé par Sanofi et Regeneron sous la marque Dupixent, n’a pas aussi bien fonctionné qu’espéré depuis  sa mise sur le marché aux Etats-Unis,en mars 2017, il a tout de même permis à l’entreprise française de  relever ses perspectives pour l’année en cours. La dermatite atopique est une « maladie inflammatoire chronique accompagnée de symptômes qui se manifestent souvent sous la forme d’éruptions cutanées », explique Sanofi. Qu’elle soit sévère ou modérée, elle s’accompagne toujours de démangeaisons. Mais aussi parfois de troubles du sommeil et de symptômes d’anxiété et de dépression.Il est un médicament biologique ciblé. C’est-à-dire un produit issu d’une substance vivante (comme les vaccins) qui a pour action de viser spécifiquement les deux protéines responsables, selon les chercheurs de Sanofi et Regeneron, des principaux facteurs de l’inflammation provoquée par la dermatite atopique. Le Dupixent « se présente dans une seringue préremplie et peut être auto-administré par injection sous-cutanée une semaine sur deux après une dose de charge initiale ».
Maintenant que Sanofi et Regeneron ont obtenu une autorisation de la Commission européenne, il leur reste à traiter avec les autorités de chaque pays membres afin de déterminer dans quelles conditions le produit pourra y être commercialisé.
En France, cette question est du ressort de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). « Nous sommes favorables à la mise à disposition rapide de ce nouveau médicament », assure Christine Janus, directrice générale de l’Alliance internationale des associations de patients souffrant de maladies dermatologiques. De leurs côtés, les deux laboratoires pharmaceutiques annoncent qu’ils vont « collaborer avec les autorités locales compétentes ».

NOS PARTENAIRES