REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 1er Décembre 2017: Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA
  • 14 Novembre 2017: Journée mondiale du diabète
  • 12 Novembre 2017: Journée Mondiale de la pneumonie

L’espoir d’un nouveau traitement contre l’hypertension artérielle pulmonaire

Publié le : 6 novembre 2017

L’hypertension pulmonaire ou HyperTension Artérielle Pulmonaire (HTAP) est une maladie vasculaire évolutive dont l’un des premiers symptômes est l’essoufflement à l’effort. Quand la cause de l’apparition de la pathologie n’est pas identifiée, on parle alors de HTAP idiopathique. Dans ce cas, le pronostic pour le patient est peu encourageant compte tenu du fait que les traitements actuels corrigent seulement les symptômes liés à la maladie. Dans l’espoir de rendre réversible cette pathologie, une équipe anglo-canadienne vient de mener une étude clinique très prometteuse en identifiant une nouvelle molécule.Pour réaliser leurs travaux, ils ont sollicité 16 patients atteints d’HTAP idiopathique et leur ont administré, pendant 4 mois, en plus de leur traitement habituel, la molécule inhibant  la PDK : DCA (DiChloroAcétate). Ils ont observé chez la majorité de ces patients que la supplémentation en DCA permettait de : Diminuer leur pression artérielle pulmonaire; Améliorer leurs performances au test de marche de 6 minutes (un examen respiratoire qui permet au médecin d’évaluer la distance que peut parcourir un patient en six minutes. Il évalue aussi son état d’essoufflement et sa fatigue liée à l’effort. La fréquence cardiaque et la teneur en oxygène dans le sang sont souvent mesurées pendant cet effort physique.)                                                                                                                                                                                             Compte tenu que le DCA est un médicament générique hors de portée de l’industrie, son approbation future à l’issue des études cliniques pourrait offrir un traitement pharmaceutique à un coût raisonnable pour le patient. La prochaine étape pour les chercheurs serait de faire un essai clinique de phase 2 pour évaluer plus précisément les effets du DCA (un essai clinique de phase 2 a pour objectif de déterminer la dose optimale du médicament et son efficacité thérapeutique. Ces essais sont effectués sur un groupe d’une centaine de malades. À ce stade, la performance du médicament peut être comparée à celle d’un placebo (aucune substance active) administré à un autre groupe de patients.)

 

 

NOS PARTENAIRES