REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 1er Décembre 2017: Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA
  • 14 Novembre 2017: Journée mondiale du diabète
  • 12 Novembre 2017: Journée Mondiale de la pneumonie

Les États s’engagent à réduire les décès dus aux maladies non transmissibles.

Publié le : 23 octobre 2017

Des chefs d’État et de gouvernement ainsi que des ministres du monde entier se sont engagés le 18 octobre dernier à prendre des mesures ambitieuses et nouvelles pour atténuer les souffrances et réduire les décès dus aux maladies non transmissibles, en particulier les cardiopathies, les maladies respiratoires, le cancer et le diabète, qui sont les principales causes de décès dans le monde.Les représentants des États et des gouvernements ont approuvé la Feuille de route de Montevideo pour 2018-2030 sur les maladies non transmissibles en tant que priorité pour le développement durable à l’ouverture de la conférence mondiale de 3 jours consacrée aux maladies non transmissibles. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la Présidence de l’Uruguay ont accueilli cette conférence organisée à Montevideo.

Cet engagement fait suite à un accord entre les dirigeants du monde consistant à réduire d’un tiers les décès prématurés dus aux maladies non transmissibles d’ici à 2030, dans le cadre du Programme de développement durable de l’Organisation des Nations Unies. Aujourd’hui, on dénombre 40 millions de décès annuels causés par les maladies non transmissibles, soit plus que toute autre cause de décès. Sur ces décès, 15 millions surviennent de façon prématurée chez les personnes âgées de 30 à 70 ans, et 7 millions se produisent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

La Feuille de route de Montevideo identifie un nombre de défis à relever, notamment:

  • des progrès variables et insuffisants en matière de réduction des décès prématurés dus aux maladies non transmissibles;
  • l’influence du secteur privé sur les états pour accorder la priorité au commerce par rapport aux objectifs de santé publique;
  • le manque de leadership politique de haut niveau afin de veiller à ce que la promotion de la santé et la lutte contre les maladies non transmissibles s’inscrivent dans tous les domaines de la politique publique.

 

NOS PARTENAIRES