REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 1er Décembre 2017: Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA
  • 14 Novembre 2017: Journée mondiale du diabète
  • 12 Novembre 2017: Journée Mondiale de la pneumonie

Le générique du Truvada lancé en France

Publié le : 8 août 2017

Le laboratoire Mylan a annoncé  la mise à disposition de sa version générique de Truvada (association  emtricitabine et de ténofovir disoproxil) lors de la fin du congrès scientifique de la société internationale  sur le sida (IAS).
Ce médicament est indiqué  dans le traitement des infections à VIH, et son princeps est commercialisé par Gilead.  D’autres laboratoires ont obtenu une AMM pour leur propre générique, notamment Medipha Santé et le laboratoire Eurogenetics.« Nous attendions ce générique depuis longtemps, commente le Pr Jean-Michel Molina, chef du service des maladiesinfectieuses et tropicales de l’hôpital Saint Louis. Il  reste maintenant à savoir si ces génériques pourront être non seulement  employés pour le traitement des maladies, mais aussi en préventif dans  le cadre de la prophylaxie pré-exposition. »
Le traitement préventif du VIH pourrait bien coûter moins cher dans les semaines à venir. Au moins un laboratoire est prêt à distribuer une version générique du Truvada (emtricitabine/ténofovir). Comme il l’a annoncé le 26 juillet, une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne lui a été délivrée pour ce médicament indiqué dans le traitement et la prévention d’une infection par le VIH.
Trois autres laboratoires sont aussi dans les starting blocks. Biogaran, EG et Zentiva disposent eux aussi de l’ autorisation pour produire une version générique du Truvada. Mylan est sans doute le plus avancé : il annonce d’ores et déjà le coût de sa production. La boîte de 30 comprimés reviendra à 179,90 euros. Le princeps, lui est vendu au prix de 406,86 euros par boîte.L’économie serait considérable pour l’Assurance maladie. Le Truvada est actuellement pris en charge à 100 % en prévention comme en traitement de l’infection par le VIH. Et en France, un quart des patients séropositifs reçoivent cette molécule. Des malades auxquels s’ajoutent les quelque 3 000 bénéficiaires de la PrEP déclarés au début de l’année 2017.

NOS PARTENAIRES