REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • Les Journées de l’Ordre National des Pharmaciens de Côte d’Ivoire (JONPCI) se tiendront les 8 et 9 Novembre à Yamoussoukro

La 68ème session du Comité Régional de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Publié le : 3 septembre 2018

Le 28 août 2018, les 47 États Membres de la région africaine réunis à l’occasion de la soixante-huitième session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique ont adopté le cadre régional pour la mise en œuvre de la Stratégie mondiale de lutte contre le choléra.

Pour le Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, le choléra « est un symbole d’iniquité ». « Il s’agit d’une maladie ancienne qui a été éliminée dans de nombreuses régions du monde. Chaque décès imputable au choléra pourrait être évité. Nous possédons le savoir-faire nécessaire, et en ce jour, les pays ont manifesté leur volonté de déployer tous les moyens qu’il faudra pour mettre un terme aux épidémies de choléra d’ici à 2030. »

Si le choléra pose un problème majeur de santé publique dans le monde entier, c’est toutefois en Afrique subsaharienne que son fardeau et son impact sont les plus lourds comptes tenus d’un grand nombre des facteurs de risque, tels que l’assainissement insuffisant et l’urbanisation rapide.

En 2017, plus de 150 000 cas de cette maladie à transmission hydrique ont été notifiés dans 17 pays d’Afrique, causant plus de 3000 décès. L’année en cours a été marquée par un pic de l’épidémie de choléra en Afrique, huit pays étant actuellement aux prises avec des flambées.

Par l’adoption du cadre régional, les pays se sont engagés à réduire de 90 % l’ampleur des flambées de choléra, plus particulièrement parmi les populations vulnérables et lors des crises humanitaires. Les pays ont convenu de prendre des mesures fondées sur des données probantes, notamment l’amélioration de la surveillance épidémiologique et en laboratoire, la cartographie des points chauds du choléra, l’amélioration de l’accès au traitement en temps opportun, le renforcement de la surveillance transfrontalière, la promotion de l’engagement communautaire et l’utilisation du vaccin anticholérique oral, ainsi que l’augmentation des investissements dans l’eau potable et l’assainissement en faveur des communautés les plus vulnérables.

Source: OMS Afrique

NOS PARTENAIRES