REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 20 octobre 2017 : Journée mondiale de l’ostéoporose
  • 17 octobre 2017 : Journée mondiale du don d’organes et de la greffe
  • 16 octobre 2017 : Journée mondiale du dépistage de l’hépatite c

Résidus de pesticides dans les aliments

Publié le : 9 août 2017

Plus de 1000 pesticides sont utilisés à travers le monde pour empêcher que nos aliments ne soient endommagés ou détruits par des nuisibles. Chacun de ces pesticides possède des propriétés et des effets toxicologiques différents.

Nombre des pesticides les plus anciens et les moins onéreux (dont le brevet a expiré), comme le
dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT) et le lindane, peuvent persister pendant des années dans les sols et l’eau. Ces produits chimiques ont été interdits par les pays ayant signé la Convention de Stockholm de 2001, un traité international visant à éliminer ou à restreindre la production et l’utilisation de polluants organiques persistants.La toxicité d’un pesticide dépend de son mode de fonctionnement et d’autres facteurs. Par exemple, les insecticides ont tendance à être plus toxiques pour les êtres humains que les herbicides. Le même produit chimique peut avoir des effets différents selon la dose (quantité du produit chimique à laquelle une personne est exposée). Elle peut aussi dépendre de la voie que l’exposition est susceptible d’emprunter (ingestion, inhalation ou contact direct avec la peau, par exemple). Aucun des pesticides dont l’utilisation sur les aliments est autorisée dans le cadre du commerce international à ce jour n’est génotoxique (capable d’endommager l’ADN, ce qui entraîne des mutations, puis des cancers). Les effets préjudiciables de ces pesticides ne s’exercent qu’au-dessus d’un certain niveau d’exposition considéré comme sans risque. Lorsqu’ une personne entre en contact avec de grandes quantités de pesticides, elle peut subir un empoisonnement aigu ou des effets à long terme, dont éventuellement un cancer.Les pesticides font partie des premières causes de décès par auto-empoisonnement, notamment dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Concernant les pesticides, l’OMS a 2 objectifs:
    faire interdire les pesticides les plus toxiques pour l’homme et ceux qui persistent le plus longtemps dans l’environnement;
•    protéger la santé publique en fixant des limites maximales de résidus pour les pesticides présents dans les aliments et dans l’eau.
En collaboration avec la FAO, l’OMS est responsable de l’évaluation des risques pour l’homme associés à l’exposition aux pesticides tant directement que par le biais des résidus dans les aliments et de la recommandation de mesures de protection adéquates.

NOS PARTENAIRES