REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

MINISTERE DE LA SANTE ET DE L'HYGIENE PUBLIQUE

FLASH INFOS
  • 20 octobre 2017 : Journée mondiale de l’ostéoporose
  • 17 octobre 2017 : Journée mondiale du don d’organes et de la greffe
  • 16 octobre 2017 : Journée mondiale du dépistage de l’hépatite c

Présentation du manuel d’animation du réseau de notification spontanée ciblée

Publié le : 28 septembre 2017

La pharmacovigilance (PV) définie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme « la science et les activités relatives à la détection, l’évaluation, la compréhension et la prévention des effets indésirables des médicaments ou d’autres problèmes liés au médicament » est un élément essentiel de l’assurance qualité des médicaments. Les autres problèmes liés aux médicaments permettent d’élargir le concept de la pharmacovigilance et de prendre en compte toute autre type d’utilisation (surdosage, mésusage, abus de médicaments, erreurs de médication).

En Côte d’Ivoire , le 24 novembre 2010 , le gouvernement a démontré l’intérêt qu’il porte à la pharmacovigilance à travers la signature d’un arrêté modifiant l’arrêté N 16 MSHP/CAB du 10 Février 2009 portant création, organisation et fonctionnement du système national de Pharmacovigilance.

Mais malheureusement, ce système en charge de surveiller et comprendre les effets indésirables en lien avec la consommation des médicaments par la population reste encore peu fonctionnelle ;  la validité des décisions thérapeutiques et l’usage rationnel des médicaments restent fortement affectés par le manque de données disponibles sur le plan national.

Dans la mise en œuvre du projet SWEED en Côte D’ivoire, le ministère en charge de la santé entreprend un déploiement de produits de la santé de la reproduction jusqu’au dernier kilomètre sur cinq régions sanitaires.

Avec ce passage à l’échelle des produits de la Santé de la reproduction et en dépit de tous leurs bienfaits, il s’avère indispensable pour nous, d’investiguer sur les effets secondaires probables et non connus.

Pour éviter de causer un préjudice aux patients et améliorer ainsi la santé publique, il est capital de disposer de mécanismes d’évaluation et de surveillance de la sécurité des médicaments utilisés en pratique clinique.

Avec le concours des acteurs des systèmes de santé, le MSHP a tenu un atelier en Novembre 2016 et Juin 2017 qui lui a permis l’élaboration et la validation du manuel d’animation du réseau de Notification Spontanée Cibles (NSC), de gestion des effets secondaires et ses outils.

Dans le but de présenter ce manuel à l’ensemble des acteurs du système de santé ivoirien, le MSHP à travers  le PNDAP et la DPML, avec l’appui technique et financier de l’UNFPA a organisé un atelier de présentation du manuel d’animation du réseau de notification spontanée cibles et de gestion des effets indésirables des produits de la Santé de la Reproduction. Cet atelier a eu lieu le jeudi 14 Septembre 2017 à l’hôtel Belle Côte. Les objectifs spécifiques étaient de partager le manuel d’animation du réseau et d’en exposer les objectifs.

NOS PARTENAIRES